Aboubakar Fofana, riche d’une double culture, malienne et française, est né à Bamako (Mali) en 1967 et vit en France depuis une vingtaine d’années. Il est calligraphe, plasticien et designer textile à Paris.

Son intérêt pour le signe le porte d’abord vers la calligraphie latine puis chinoise. Il poursuit son apprentissage des techniques orientales tout en approfondissant sa connaissance du graphisme africain dont les symbolismes, dit-il, sont proches.

Ses recherches graphiques et son ancrage dans la culture malienne le conduisent tout naturellement au support textile. Il étudie les techniques de l’Afrique de l’Ouest au Mali et s'intéresse aux végétaux et minéraux au pouvoir colorant. Passionné par l'indigo végétal et les teintures naturelles, il exprime son art à travers la création de pièces uniques pour la décoration et l'habillement.

Dès le départ, il fait le choix de l'exceptionnel : matières naturelles, qui seules peuvent accueillir les colorants végétaux et minéraux, techniques textiles traditionnelles appliquées à des créations contemporaines, raffinement des finitions et des coutures exclusivement faites à la main, rien n'est laissé au hasard. Chaque étoffe apporte une sensation unique de confort et de bien-être.

Ses activités se partagent entre :

la réalisation de calligraphies originales ou la création de lettrages pour l’édition, la publicité, la communication,
l’enseignement de la calligraphie des écritures latines et des graphies africaines,
le design textile : création de pièces uniques à partir de techniques de teinture végétale - indigo et bogolan (teinture à l’argile),
l’enseignement et la recherche dans le domaine du textile et de la teinture.

Pour son projet Sublime indigo - Japon, France, Mali, il remporte le prix de la Villa Médicis hors les murs / AFAA, section design, en 2000, ce qui lui permet de séjourner au Japon auprès du maître teinturier Masakazu AKIYAMA, de juin à décembre 2001 afin d’approfondir ses connaissances des techniques japonaises de teinture à l’indigo.

A l’issue de ce séjour, il a le projet d’installer des cuves dans son atelier d’Aubervilliers, avec l’aide de Maître Akiyama.

Il travaille également à la relance de l'indigo végétal en Afrique de l'Ouest, dont l'usage a été progressivement abandonné au profit des teintures chimiques, avec des conséquences écologiques désastreuses. Au Mali, un premier champ d'indigo est en culture. Un atelier textile a été ouvert à Bamako en août 2003 autour de 6 cuves d'indigo et une première collection de produits a été présentée en novembre 2003 à Paris.

Sa collaboration avec la créatrice textile et designer Aïssa Dione doit donner naissance à la ligne Sawura : un nouveau concept textile alliant fil de soie ou coton biologique et teintures végétales.

En 2005, il a séjourné à nouveau 5 mois au Japon dans le cadre du programme Villa Kujoyama dont il vient dêtre lauréat.

 
 
 
"L'Afrique par écrit"